Géographies féministes en des temps troublés: Dialogues, Interventions et Praxis

4-6 août 2018

Colloque de Géographie Féministe

Université de Montréal, Montréal, Québec, Canada

Pavillon 3200 Jean-Brillant

(Pré-conférence de l’UGI et de l’ACG)

Le groupe d’étude sur les femmes et la géographie de l’Association canadienne des géographes (CWAG) et la commission genre et géographie de l’Union géographique internationale (UGI) sont heureux d’accullier la tenue du colloque de géographie féministe qui se tiendra durant deux jours à l’Université de Montréal, à Montréal (Québec, Canada). Ayant lieu avant le congrès régional de l’UGI et le congrès annuel de l’ACG dans la ville de Québec, la pré-conférence favorisera le dialogue intergénérationnel et intersectionnel entre les chercheur/euse.s et les militant.e.s féministes autour du thème de la pratique de la géographie féministe en des temps troublés. Nous explorerons cette thématique en écho aux récents changements sociaux tels que la résurgence du suprémacisme blanc, les politiques anti-féministe et homophobes, les politiques autoritaires et néolibérales, et écologiques tels que le changement climatique et les crises environnementales. Nous souhaitons créer un espace favorable à l’analyse des solidarités et des liens entre le féminisme et les autres champs de la géographie critique tels que les géographies queer, décoloniales et antiracistes ainsi que l’écologie politique et les géographie non-humaines. La pré-conférence vise également à encourager le dialogue au-delà des différences linguistiques en créant un espace pour les géographes féministes travaillant dans des contextes non anglo-américains.

Thèmes

Comment en tant que géographes féministes comprenons-nous et abordons-nous les temps troublés à toutes les échelles – du corps au monde – et dans des contextes tels que la maison, le lieu de travail et les espaces publics ? Comment considérons-nous et résolvons-nous les diverses tensions et contradictions des géographies féministes en des temps troublés ? Comment ces tensions sont-elles contestées ? Qu’est-ce que cela signifie pour divers corps de se déplacer dans des espaces de contradiction et de tension ? De quels types d’outils disposons-nous pour venir à bout de ces tensions et ouvrir des espaces pour les subjectivités marginalisées ? Comment pouvons-nous apprendre à nous écouter les un.es les autres et à aller de l’avant en ces temps troublés ? Quelles dispositions pouvons-nous prendre collectivement ?

Les sujets comprennent les suivants:

  • Lieux et espaces des géographes féministes et critiques en des temps troublés ;
  • Savoirs, méthodologies et outils en des temps troublés ;
  • Dialoguer à partir de diverses traditions et générations de la géographie féministe ;
  • Mettre en contact les géographes et les géographies féministes en des temps troublés ;
  • Prochaines étapes féministes vers des temps meilleurs (quelles actions et praxis ?) ;
  • Performances et réponses (art)tistiques aux temps troublés.

 

Soutiens institutionnels

La Commission Genre et géographie de l’UGI, le groupe d’étude sur les femmes et la géographie de l’Association canadienne des géographes (CWAG) et le département de géographie de l’Université de Montréal.

Comité d’organisation

Marianne Blidon (Université Paris 1-Panthéon Sorbonne), Caroline Desbiens (Université Laval), Patricia Martin (Université de Montréal), Tiffany Muller Myrdahl (Simon Fraser University), Julie Podmore (John Abbott College), Valerie Preston (York University), Laura Shillington (John Abbott college), Laurence Simard-Gagnon (Queen’s University) et Ebru Ustundag (Brock University).

 

Advertisements